L’Unité de Reproduction : Une Véritable Catastrophe

 

 

Au cours de mon cours de biologie 12 le semestre dernier, je n’ai eu aucun problème avec la classe, jusqu’à notre unité finale : l’unité reproductrice. Même lorsque l’unité a commencé et que nous avons appris à propos du système reproducteur masculin, j’ai été surpris par la maturité et l’immersion du contenu. Mais tout a changé quand nous sommes arrivés au système reproducteur féminin. Le paquet de notes que le professeur nous a donné pour le système reproducteur féminin utilisait d’étranges métaphores et dansait autour des informations. Le paquet n’a pas mentionné une seule fois le cancer du sein ou l’utérus, tandis que les notes masculines ont mentionné le cancer de la prostate et comment le prévenir. De plus, nous avons fait une dissection du pénis de taureau, mais nous n’avons jamais pu disséquer l’anatomie féminine. J’ai été très déçu que le plus haut degré de biologie offerte à Dr Charles Best n’a pas fait un travail adéquat pour éduquer les étudiants sur le système reproducteur féminin; les autres filles de la classe partageaient mon opinion.

 

Tandis que l’information sur le système reproducteur masculin était présentée proprement avec de langage scientifique, les informations sur le système reproducteur féminin manquaient cet élément. Le paquet de notes donné utilisé les métaphores qui ont dénigré le cycle menstruel. Voici une citation directement traduite du paquet de notes : « Vous pouvez regarder le cycle menstruel comme une symphonie, avec tous les joueurs faisant leur partie dans une « danse » extrêmement chorégraphiée. » L’information était présentée comme nous étions des élèves d’école primaire qui ont besoin de mots moins scientifique pour comprendre ou que le système reproducteur féminin était trop compliqué pour l’expliquer en termes scientifiques. Cependant, les mots scientifiques ont été utilisés pour le système reproducteur masculin sans problème. Ce n’était pas seulement comment l’information était présentée qui m’a dérangé, c’était aussi le contenu du matériel.

 

Le cancer du sein est le cancer le plus courant chez les femmes canadiennes et le cancer de l’utérus tue 1,500 femmes canadiennes chaque année, alors pourquoi les notes ne les mentionnent pas? Pourquoi n’y avait-il aucune information sur les effets de ces cancers et sur les rendez-vous de contrôle pour les exclure. De l’autre côté, le cancer de la prostate était mentionné plusieurs fois et les effets étaient expliqués clairement. Le cycle menstruel est une grande partie du système reproducteur féminin et chaque mois les femmes ont leurs règles, quand la muqueuse de l’utérus perd et laisse le corps avec du sang. J’étais étonnée pour voir que le mot « sang » n’était pas utilisé une seule fois quand nous avons appris du cycle menstruel. Demandez à n’importe quelle fille que la partie déterminante de ses règles est et elle vous répondra : le sang. Tout ce manque d’information serait moins catastrophique si nous avions eu la chance de disséquer une partie de l’anatomie féminine, mais ce n’est aucun surpris que la dissection de cette unité était une partie d’anatomie masculine.

 

Le système reproducteur féminin est déjà tellement stigmatisé et mal éduqué, alors comment pouvons-nous éliminer la stigmatisation et éduquer les gens s’ils continuent à représenter l’information de la même façon déconnectée, non scientifique, et peu immersif? Quelque chose doit changer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.